2 axes prioritaires de santé publique

Outils de repérage ou d'aide à la prise en charge pour les professionnels de santé

Pourquoi cet outil ?

TSA : parce qu'il y a encore trop souvent un retard dans son repérage et que plus cette pathologie est prise en charge tôt plus le pronostic est favorable.

Dysménorrhées : Parce que ce symptôme est très fréquent et qu'il est important de ne pas passer à côté d'une endométriose.

Cet outil a été conçu pour vous aider à détecter au plus tôt ces pathologies et diriger les patients vers un spécialiste ou un centre spécialisé pour un diagnostic et une prise en charge précoce.

Le Trouble du Spectre de l'Autisme (TSA)

L’enjeu principal d’un repérage puis d'un diagnostic précoce de TSA est la possibilité de mettre en œuvre des interventions adaptées, globales, personnalisées et coordonnées, si possible avant l’âge de 4 ans (cf. recommandations HAS-Anesm 2012).
Le but est de favoriser le développement et les apprentissages et de réduire les sur-handicaps des enfants pour lesquels le diagnostic de TSA a été posé.

L'outil que nous mettons à votre disposition, concerne un repérage avant l'âge de 2 ans.

TSA

Dysménorrhées

Les dysménorrhées sont des douleurs pelviennes cycliques pouvant survenir juste avant le début des règles, durant le plus souvent 1 ou 2 jours, parfois se prolongeant après les règles.

Elles peuvent être :

- primaires : survenant à l’adolescence dès le début des cycles menstruels, elles sont le plus souvent essentielles c’est-à-dire survenant en l’absence de pathologie pelvienne

- secondaires : survenant plusieurs années après le début des règles, souvent d’aggravation progressive, elles sont le plus souvent organiques c’est-à-dire associées à une pathologie sous-jacente

Les dysménorrhées peuvent avoir un retentissement dans la vie socioprofessionnelle des jeunes filles et des femmes.

La difficulté dans la prise en charge de ces patientes est de savoir dans quelle situation nous devons réaliser des examens complémentaires pour ne pas méconnaitre une cause organique et notamment l’endométriose.

DYSMÉNORRHÉES

Dysménorrhées

Les dysménorrhées sont des douleurs pelviennes cycliques pouvant survenir juste avant le début des règles, durant le plus souvent 1 ou 2 jours, parfois se prolongeant après les règles.

Elles peuvent être :

- primaires : survenant à l’adolescence dès le début des cycles menstruels, elles sont le plus souvent essentielles c’est-à-dire survenant en l’absence de pathologie pelvienne

- secondaires : survenant plusieurs années après le début des règles, souvent d’aggravation progressive, elles sont le plus souvent organiques c’est-à-dire associées à une pathologie sous-jacente

Les dysménorrhées peuvent avoir un retentissement dans la vie socioprofessionnelle des jeunes filles et des femmes.

La difficulté dans la prise en charge de ces patientes est de savoir dans quelle situation nous devons réaliser des examens complémentaires pour ne pas méconnaitre une cause organique et notamment l’endométriose.

DYSMÉNORRHÉES

Le Trouble du Spectre de l'Autisme (TSA)

Le Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) est l’un des Troubles Neurodéveloppementaux (TND). Les critères diagnostiques sont définis dans deux dimensions symptomatiques qui sont :

(réf. HAS Trouble du spectre de l’autisme Des signes d’alerte à la consultation dédiée en soins primaires – février 2018)

Il n'existe pas de signes spécifiques à l'autisme, ce qui rend son repérage difficile.

On devra y penser devant un enfant qui évite le contact visuel, préfère jouer seul, ne répond pas ou de manière inadaptée aux sollicitations, détourne les objets de leurs fonctions.

En sachant que s'il existe des repères chronologiques, ils peuvent être variables d'un enfant à l'autre.

1 naissance sur 100 est touchée par le TSA

L'endométriose

L'endométriose touche environ 10% des femmes en âge de procréer en France.

Le diagnostic intervient souvent tardivement alors que cette pathologie s’est déjà installée et que les symptômes (douleur, infertilité) se sont aggravés.

L’endométriose est encore méconnue des professionnels de santé, trop souvent sous-diagnostiquée et assez mal prise en charge. Cela conduit à une errance constatée des patientes atteintes d’endométriose qui peut durer plusieurs années avant la détermination d’un diagnostic, la prise en charge de leurs symptômes douloureux ou l’assistance à la procréation.

L’endométriose est une maladie multifactorielle, résultant de l’action combinée de facteurs génétiques et environnementaux et de facteurs liées aux menstruations.

L’exposition aux menstruations (premières règles précoces, volume menstruel important, cycles courts) est associée à la présence d’endométriose.

L’endométriose nécessite une prise en charge lorsqu’elle a un retentissement fonctionnel (douleur, infertilité) ou lorsqu’elle entraine une altération du fonctionnement d’un organe.

En fonction du stade de l’endométriose, du désir de grossesse, du retentissement fonctionnel, la prise en charge sera différente allant de traitements médicamenteux à de la chirurgie pelvienne.

La prise en charge des patientes présentant une endométriose doit idéalement se faire au sein d’équipes pluridisciplinaires spécialisées dans l’endométriose.